thomson reuters

La France, toujours en tête en matière d’innovation

Thomson Reuters a établi une étude montrant que cela fait 5 fois de suite que la France est le 3e pays le plus innovant, après les États-Unis et le Japon.

Disposant de 7 grandes entreprises (Alstom, Valeo, Thales, Alcatel-Lucent, Safran, Arkema et Saint-Gobain) et de 3 centres de recherche (IFP énergies nouvelles, Commissariat à l’énergie atomique et CNRS), la France est toujours le 3e pays le plus innovant, affirme le rapport annuel de ‘Thomson Reuters’. Même s’il se trouve très loin derrière les États-Unis et le Japon, l’Hexagone peut se vanter d’être le n°1 sur tout le continent européen.

Dominique Ducay de chez ‘Thomson Reuters’ explique que la France dispose d’un régime fiscal très attractif et de structures solides comme France Brevets ou BPI France qui soutiennent les entreprises. Si l’Allemagne possède plus de brevets par rapport à l’Hexagone, ce rapport met Paris devant Berlin puisque ses brevets disposent d’une plus grande portée. En Chine par exemple, on compte le plus grand nombre de brevets déposés, or elle ne s’affiche pas dans l’étude parce qu’il n’y a que 6% de ses brevets qui font réellement l’objet d’une extension intellectuelle hors du pays.

Le Royaume-Uni ne figure pas non plus en tête, mais le pays pourrait combler rapidement son retard avec l’instauration de nouveaux dispositifs fiscaux intéressants. Dominique Ducay estime qu’on est face à une course folle dans l’innovation, mais il est peu probable que la France perde sa place de leader en Europe vu que le gouvernement ne cesse de soutenir l’innovation.

Pour rappel, l’étude se base sur 4 critères : taux de succès pour obtenir des brevets, volume de brevets, l’influence des brevets dans les citations et l’importance du portefeuille de brevets sur la scène internationale.

canne connectee

La technologie au service des personnes handicapées

Désormais, les personnes handicapées pourront bénéficier de l’aide de la technologie. De l’exosquelette à la canne connectée, plusieurs entreprises ont conçu des dispositifs permettant d’améliorer leur quotidien.

Actuellement, les personnes handicapées constituent une cible privilégiée pour les entreprises. Ces dernières n’hésitent pas à concevoir de nouvelles inventions comme les équipements de travail, les matériels médicaux, les jeux vidéo… Ainsi, on peut trouver plusieurs produits comme Auptinov, Ergovie, Dowino ou Windercraft.

Cela dit, il n’est pas du tout simple d’innover dans ce secteur. Beaucoup d’entreprises se plaignent de rencontrer des difficultés à tous les niveaux, de la recherche à l’industrialisation. Elles affirment aussi que même avec la technologie, le marché n’est pas réellement mûr. Les grandes entreprises ne sont pas en mesure de travailler au cas par cas. Il leur est plus facile de proposer un objet standard qui s’adapte à une large gamme de personnes.

Afin de réussir, il faut donc maîtriser les besoins. Do côté d’Auptinov, ce sont particulièrement les interlocuteurs qui permettent d’innover, avouent certaines entreprises. L’entreprise est connue pour ses tondeuses radiocommandées, ses bacs ergonomiques disposant de fonds mobiles, ses chariots motorisés…

Personnalisation et maintenance

D’après Ergovie, il y a un marché vaste pour une entreprise. Située à Rennes, la société emploie 22 personnes et propose un service d’entretien et de personnalisation d’équipements médicaux pour les personnes handicapées. Son département de Recherche et Développement conçoit actuellement un dispositif d’aide à la conduite qui reproduit une enveloppe virtuelle aux alentours du fauteuil afin d’éviter que la personne ne heurte les murs. Il a aussi inventé un bras articulé pouvant s’intégrer à un fauteuil afin de porter assistance à l’utilisateur.

Malgré le fait que l’entreprise est axée sur l’ultra-personnalisée, elle est aujourd’hui de plus en plus sollicitée. En effet, les personnes âgées ont des besoins spécifiques que l’entreprise est en mesure de satisfaire. S’il est difficile d’estimer l’ampleur du marché du handicap, le vieillissement de la population, par contre, pourrait représenter autour de 130 milliards d’euros en 2020.

Gateau aux fraises

Une imprimante qui s’utilise sur les gâteaux

Après un accident de travail, Yannick Juguet âgé de 50 ans, est devenu travailleur handicapé à cause de plusieurs fractures sur la colonne vertébrale. Il est admis en soins intensifs pendant des mois. Au lieu de s’apitoyer sur son sort, il se creuse les méninges et trouve une idée plus ou moins surprenante.

Un jour, lorsqu’il déguste des macarons que ses amis lui ont donnés, une idée lui vient en tête : pourquoi ne pas mettre une image sur les biscuits. Dans ce cas, il imagine un nouveau type d’imprimante capable d’apposer des logos ou des images sur les pâtisseries.

Beaucoup de soutien

Alors qu’il ne sera plus en mesure de reprendre son ancien boulot, il se lance immédiatement aux premiers tests à sa sortie de l’hôpital. Il contacte une entreprise spécialisée, qui n’hésite pas à concrétiser son projet.

Un prototype d’imprimante est alors conçu. Il permet de peindre les gâteaux, mais ne les écrase pas. L’appareil reçoit la norme CE. Plusieurs magasins acceptent de vendre l’appareil et les premiers résultats sont satisfaisants.

En avril, Yannick fonde son entreprise dénommée ‘Les Macarons identitaires’. Ayant reçu 7 000 euros de dons auprès d’entreprises et d’amis, il protège son projet auprès de l’Inpi. Il avoue que son idée lui est venue de sa passion pour la cuisine et de ses capacités à inventer.

En tant que travailleur handicapé titulaire d’un CAP emploi, il reçoit une subvention de 6 000 euros auprès de l’Agefiph. Il bénéficie aussi d’un accompagnement de BGE.

En avril 2014, il propose son idée sur le site ‘My Major Company’. Les internautes apprécient beaucoup son concept et lui octroient un don de 6 800 euros. Il est également soutenu par d’autres établissements, dont l’Esat de Quimper qui fait l’ensachage de ses biscuits.

Dans son entreprise, il est assisté par ses proches. Son neveu se charge entre autres du développement commercial et avoue qu’il existe beaucoup de possibilités. Il explique qu’actuellement, ce sont uniquement les produits qu’il peut produire qu’il vend, mais s’il y a plus de commande, il compte embaucher.

banque colonnes marbre

Les banques de détails investissent dans l’innovation afin d’être compétitives

Une étude lancée par Infosys montre les difficultés auxquelles font face les banques vis-à-vis de l’évolution des besoins des clients et de la concurrence. Ces derniers mois, on a constaté un accroissement des investissements, en matière de technologie de pointe et de service innovants, auprès de 84% des banques de détail. L’objectif est de faire face à la concurrence. Cette initiative se produit alors qu’un risque de désorganisation sur le secteur des banques de détail se manifeste de plus en plus.

D’après un sondage réalisé auprès de 100 banques de détail, 72% des banques expliquent que la menace vient des sociétés technologiques, des détaillants, des start-ups et des opérateurs télécoms. Dans cette étude, l’introduction de nouvelles technologies auprès des start-ups ainsi que l’existence de nouveaux business models différents des pratiques adoptées par les banques de détail représentent un défi de taille, mais peut aussi constituer une opportunité.

Les éléments clés dans le rapport

Selon l’étude :

  • 69% des banques affirment que les start-ups peuvent avoir un impact élevé dans le secteur de l’innovation et peuvent constituer un soutien permettant de proposer des solutions innovantes.
  • Les start-ups songent à mettre en place de nouveaux business models à l’instar du P2P (peer-to-peer), ce qui est contradictoire au processus de transfert interbancaire traditionnel permettant de faire baisser les prix.
  • En dépit de l’influence des nouvelles technologies dans le milieu bancaire, plus de 60% des banques songent aux ‘start-ups partenaires et challengers’.
  • 68% des banques estiment qu’elles sont plus innovantes. 84% d’entre elles ont accru leur investissement au sein des canaux de distribution. 82% ont augmenté leurs dépenses pour améliorer l’expérience client.
  • Les inventions incontournables pour les banques sont le Big Data et l’analytique avancée.
  • La mobilité est une option très recherchée. 59% des banques espèrent que la technologie mobile influencera énormément sur le marché.

D’après l’étude, on note aussi que certains détaillants comme Walmart ou Tesco ont proposé de nouveaux produits bancaires afin de concurrencer les fournisseurs déjà établis. Elle met en exergue aussi le succès grandissant de TransferWise ainsi que son modèle P2P qui affecte les banques.